Au bureau, virtuel ou à la maison, qu’est-ce qu’un harcèlement sexuel ?

Au bureau, virtuel ou à la maison, qu’est-ce qu’un harcèlement sexuel ?

Au bureau, virtuel ou à la maison, qu’est-ce qu’un harcèlement sexuel ?

Bien que le harcèlement sexuel soit très fréquent de nos jours, il prend souvent des formes discrètes au point que la personne harcelée ne se rende pas compte de la gravité de la situation. En effet, lors d’une conférence sur le harcèlement ayant eu lieu en 2019, la professeure Iqbal Gharbi de l’Université Zitouna, révèle que “quelque 60% des femmes en Tunisie ont subi un harcèlement sexuel au moins une fois dans leur vie”. 

Il est donc important de savoir reconnaître toute forme de harcèlement afin de s’en protéger en y mettant un terme.

Le bureau et la salle de classe : Possibles sièges de ce crime

Selon une étude réalisée par l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) entre 2016 et 2017, environ 70% des femmes subissent toutes sortes de harcèlement (notamment sexuel), au sein de leur lien de travail. 

C’est pourquoi le harcèlement au travail n’est pas à prendre à la légère !

Mesdames et messieurs, si votre supérieur(e) vous impose régulièrement de rester au bureau au-delà de vos horaires habituels, soi-disant que vous avez du boulot à achever, il convient de soupçonner cette personne de harcèlement.

Si votre collègue vous propose fréquemment des rendez-vous en dehors du cadre professionnel malgré vos refus, vous devez immédiatement être en état d’alerte à l’égard de cette personne.

En outre, si vous êtes en école ou en université, et que votre professeur conditionne votre succès à un examen ou votre passage de classe par l’acceptation de le rencontrer en dehors du cadre académique, ne tombez jamais dans ce piège. Au contraire, essayez d’alerter les responsables autour de vous qui seront à l’écoute pour leur expliquer la situation. En effet, d’autres personnes pourraient avoir déjà eu une mauvaise expérience avec ce harceleur et vous ne venez juste que pour le confirmer. Tout compliment déplacé en dehors du cadre professionnel et académique doit solliciter par ailleurs votre vigilance.

Harcèlement virtuel :

Malheureusement, les réseaux sociaux, bien que virtuels, sont devenus des terrains favorables pour les harceleurs. Cela commence avec des « J’aime », des commentaires, ou même des messages abusifs et se termine par des appels, des propositions étranges et des menaces dans la réalité. Il faut toujours veiller à ne pas accepter des inconnus dans sa liste d’amis. En outre, l’option « Bloquer » reste un moyen pour certains pour échapper aux abus des harceleurs.

Souvenez-vous êtes victime de harcèlement virtuel, ce n’est pas votre faute, et il faut essayer de ne pas faire attention aux propos de votre harceleur. En effet, plus facile à dire qu’à faire, nous direz-vous, mais n’oubliez jamais que vous n’êtes pas seul(e), et que l’arme la plus efficace est de vider votre sac et de porter plainte contre ces harceleurs.

Malheureusement, le foyer familial n’est pas épargné !

En effet, c’est choquant, mais le harcèlement pourrait prendre une forme domestique.

D’un côté, le harcèlement peut avoir lieu au sein du couple. Quand votre partenaire vous dit qu’elle n’en a pas envie aujourd’hui, au lieu de forcer sous prétexte que vous avez le droit de satisfaire vos désirs, essayez de comprendre ses raisons et de communiquer. La relation sexuelle forcée au sein du mariage est considérée comme du viol et ne doit guère être tolérée.

De l’autre côté, certains enfants témoignent qu’ils ont subi des formes de harcèlement sexuel de la part de l’un des parents qui peuvent être aussi bien verbales que physiques. Les parents doivent tous les deux être vigilants quant au comportement de leur partenaire avec leurs enfants. 

Les « classiques » :

On connait tous quelqu’un, si ce n’est pas soi-même, qui a subi du harcèlement sexuel dans un bar, dans un restaurant, à la page ou encore à la salle de sport. On a tous dans la tête cette image de cet(te)inconnu(e) ou de ce proche qui insiste à faire dansera femme ou l’homme qui lui plait, de ce(te) coach de la salle de sport qui ne cesse de vous corriger les mouvements à chaque fois que vous entamez un exercice en se rapprochant de façon étrangement intime.

Il faut veiller par ailleurs à faire attention au verre qu’on boit et aux amis de nos amis avec lesquels on partage la soirée. Nombreuses sont les personnes qui se sont fait avoir en buvant des cocktails mélangés à des drogues dures.

Ceci va sans parler des harceleurs dans les rues et les moyens de transports, qui vous fixent avec leurs regards démoniaques et qui vous lâchent des commentaires déplacés soi-disant que c’est « juste un jeu de séduction. »

Draguer oui, mais comment ne pas tomber dans le harcèlement ?

Une personne vous plaît et vous ne savez pas comment l’aborder sans paraître insistant ? Nous vous proposons quelques conseils.

Tout d’abord, demandez poliment à la personne de programmer un rendez-vous et sachez accepter son éventuel refus sans vous énerver. C’est tout à fait normal de ne pas toujours plaire, et ce n’est en aucun cas de votre faute ! Ensuite, si vous trouvez une personne bien habillée ou plaisante, vous pouvez la complimenter si vous la connaissez. En effet, faire des remarques sur la tenue ou le physique de quelqu’un que l’on ne connaît pas, peut effrayer la personne et être mal interprété.

Finalement, mettez-vous toujours à la place de la personne devant vous. Demandez-vous si vous auriez accepté les remarques que vous alliez faire. Visualisez votre mère, votre sœur, votre frère, ou vos amis à la place de cette personne, et pensez à ce que vous voudriez qu’ils entendent.

Quelques conseils à suivre pour ne pas paraître louche :

Il fait nuit, vous marchez dans la rue et vous voyez quelqu’un pas loin de vous ? Même si vous avez les meilleures intentions au monde, vous devez garder à l’esprit que la personne devant vous ne vous connaît pas, et a le droit d’avoir peur ou de se sentir en danger. Mettez cette personne en confiance en changeant de trottoir, en laissant de l’espace entre vous et surtout sans essayer de l’aborder, car elle pourrait paniquer.

Vous entendez deux personnes discuter et vous avez l’impression qu’une d’entre elles n’est pas à l’aise ? Soyez prêt à jouer la comédie et à faire comme si vous connaissiez cette personne, au cas où elle aurait besoin de vous, en la sauvant de cette situation.

Vous voulez interpeller un ami dans la rue, dans un moyen de transport ou dans un café ? Éviter de siffler ou de crier des mots tels que « Eh ! », car toute autre personne pourra se sentir visée et mal le prendre. Bien que ce ne soit pas du tout votre attention et que vous ne faites qu’appeler un ami, les autres personnes présentes ayant déjà été victime de harcèlement ou connaissant des victimes, pourront avoir peur.

Essayez d’avoir quelques réflexes simples sans pour autant tomber dans l’excès, mais pensez tout de même aux autres, et on pensera ainsi à vous !

Des dégâts traumatisants…

Le harcèlement sexuel, peu importe la forme qu’il prend et peu importe qu’il soit verbal ou physique, cause des dégâts psychiques et matériels sur l’individu harcelé. Ceci peut même aller jusqu’à la dépression, la perte de confiance en soi et le mal de vivre. Dans une société comme la nôtre où la personne harcelée est très exposée aux jugements, il faudrait bien se vacciner contre ces formes de harcèlements et sensibiliser les gens autour de vous sur la gravité de la situation plutôt que de tomber dans le piège.

Conclusion :

Faites attention à vous et à vos proches, n’hésitez pas à intervenir de manière intelligente si vous êtes témoin de harcèlement en tout genre et soyez là pour vos proches lorsqu’ils en ont besoin. Surtout, ne laissez pas le harcèlement prendre le dessus, sachez quand il faut dire STOP et quand il faut agir, car oui ! Ce n’est pas votre faute, mais soyez maître de votre destin et levez-vous contre le harcèlement… Vous en êtes capables.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Sarah Cherif
Sarah Cherif

La positivité est Contagieuse, partage la !