Et si on pensait à ceux qui passent ce mois ramadanesque loin de la famille ?

Et si on pensait à ceux qui passent ce mois ramadanesque loin de la famille ?

Et si on pensait à ceux qui passent ce mois ramadanesque loin de la famille ?

Au-delà de son aspect religieux, Ramadan est une occasion annuelle qui s’offre aux familles musulmanes pour se réunir. On dit souvent « بنّة رمضان في اللّمة ». Néanmoins, certaines familles se voient privées d’un ou plusieurs membres qui sont partis à l’étranger pour des études ou du travail. 

Des jeunes ambitieux, mais frustrés en ce mois de Ramadan :

Vous les avez reconnus. Ici, on parle des étudiants qui sont à l’étranger, loin de leurs amis et de leurs familles. Partis pour un avenir meilleur, ces derniers ressentent un sentiment de frustration en ce mois de Ramadan. En effet, ne pouvant plus apprécier ni لمّة العائلة ni ce petit tour dans les ruelles de Sidi-Bousaid, ces étudiants se retrouvent seuls et abandonnés à eux-mêmes et se mettent à chercher l’ambiance ramadanesque dans les restaurants ou cafés tunisiens à l’étranger. On commence par ailleurs à organiser des ruptures de jeûne avec les amis pour atténuer cette frustration. Mais où est passée la chère maman qui gâte son fils avec ses plats préférés et ses désirs culinaires du moment ?

La nostalgie est désastreuse en ce mois de Ramadan. On se met à se rappeler les soirées ramadanesques en famille, les parties de belote dans le café du quartier, les ruptures de jeûne chez les grands-parents, les analyses des feuilletons avec les amis dans la soirée, etc. Rien n’est plus comme avant. On commence à se poser des questions : « est-ce que cela valait le coup ? Est-ce que cet avenir, soi-disant meilleur, est bien meilleur que ces petits moments de bonheur où l’on ressent vraiment que nous sommes en vie ? »

La peine est partagée de l’autre côté de la mer :

La frustration est ressentie par la famille. Une fois posée autour de la table, on ressent le manque laissé par cette personne. Sa présence, ses remarques, ses gestes … se ressentent plus que jamais à ce moment-là. Comment va-t-on passer ce ramadan sans lui ? Le jeûne l’a-t-il perturbé aujourd’hui ? A-t-il de quoi manger pour ce soir ? Se-réveillera-t-il pour le S7our ? Telles sont les questions de ses parents autour de la table. Le chagrin porté quand on nous demande de ses nouvelles dans les soirées ramadanesques est encore plus profond. Mais attention ! Il faut lui cacher toute cette peine ! Il faudra lui faire croire que tout est en ordre, que le mois de Ramadan n’est pas aussi amusant que d’habitude, que ce n’est plus le même depuis qu’il a quitté le pays, qu’il n’y a plus la même ambiance dans les cafés, … Tout cela pour ne pas lui faire sentir qu’il a raté des moments de pur bonheur avec eux. 

Aujourd’hui, nos pensées vont à ceux qui sont partis à l’étranger et qui ne vivent plus le charme de Ramadan, à ceux qui sont partis chercher un avenir meilleur mais sont privés du bonheur de ce mois-ci. Sachez que les pensées de la famille s’orientent vers vous à chaque rupture de jeûne, qu’on n’a pas oublié votre humour autour de la table. Sachez que vos amis n’attendent plus que votre retour pour aller à la Médina. Sachez que ce n’est que temporaire et que le retour est imminent.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Aziz Hachana
Aziz Hachana

La positivité est Contagieuse, partage la !