Le rap tunisien entre la récente croissance, les craintes parentales et l’ampleur internationale

Le rap tunisien entre la récente croissance, les craintes parentales et l’ampleur internationale

Le rap tunisien entre la récente croissance, les craintes parentales et l’ampleur internationale

Le rap est un genre musical qui tire ses origines du hip-hop. Apparu au début des années 1970 aux États-Unis, un morceau de rap est une succession de couplets séparés par un refrain et est caractérisé par une diction très rythmée et l’usage de la rime.

Les différentes phases du rap tunisien :

En Tunisie, le rap est apparu vers la fin des années 80. À la fin des années 90, on commence à écouter du rap français et américain sur les ondes de la radio et dans les concerts. Très vite, ce mouvement culturel et musical est importé et plusieurs artistes se sont orientés vers le rap. Dans les années 2000, le rap s’est beaucoup développé en Tunisie en suivant le modèle occidental malgré le contrôle étranglant de l’État tunisien sous le régime de Ben Ali. Des rappeurs comme Balti, Psycho M, Férid L’Extranjero, Guito’N et plusieurs autres se présentaient comme des pionniers du rap en Tunisie. 

Des célèbres chansons de rap ont engendré l’arrestation de plusieurs artistes à cause des critiques apportées au régime de dictature et à l’état policier qui était au pouvoir avant la révolution. La chanson « 3bed Fi Tarkina » de Férid L’Extranjero apparu en 2005 en est un bon exemple. 

Cependant, toutes ces censures n’ont pas empêché la jeunesse d’écouter le rap, de télécharger cette musique et de s’identifier dans les messages passés dans les chansons, chose qui a contribué à un état de mécontentement sévère au sein de la jeunesse tunisienne qui a fini par faire tomber le régime de Ben Ali. À partir de la révolution tunisienne en 2011, le rap est diffusé massivement dans les réseaux sociaux et surtout sur YouTube qui était censuré auparavant. Des chansons comme « Houmani » et « Ritouchi » sont devenues virales très vite, d’où l’apparition de plusieurs artistes en tant que rappeurs. Par la suite, ces rappeurs sont devenus des personnalités publiques grâce à leur présence hebdomadaire dans les médias et à travers leurs chansons sur les réseaux sociaux.

Pourquoi le rap est si célèbre chez les jeunes ?

La jeunesse tunisienne voit dans le rap un symbole de liberté d’expression, un moyen de critique au gouvernement et trouve en lui l’espace pour décortiquer la réalité et exprimer le quotidien misérable dans lequel elle vit. Des affaires publiques, souvent politiques ou sociales, sont abordées dans les chansons de rap avec un but clair : dénoncer, critiquer et proposer des alternatives. Certains rappeurs essayent d’inspirer la jeunesse à travers des couplets de motivation et des chansons d’« égo-trip ». 

Le rap toujours censuré en Tunisie ?

Face au développement de ce mouvement et dans une période de transition démocratique naissante, l’État s’est permis parfois d’arrêter certains rappeurs dont les chansons s’attaquent sévèrement à l’État. Weld el 15, chanteur de « El Bouliceya Kleb », en est un exemple. Par ailleurs, certains concerts ont été annulés ou censurés en raison des attaques portées au gouvernement ou à la police.

Les craintes parentales du rap underground :

Aujourd’hui, bien que certaines chansons de rap soient commerciales et passent à la radio, plusieurs et en particulier les parents voient dans le rap un genre musical non orienté vers les enfants dû à son aspect « Underground ». Il est vrai que dans les chansons de rap, nous écoutons souvent des propos inappropriés ou des gros mots qui ne doivent pas être destinés aux enfants. Cependant, à partir d’un certain âge, ces chansons peuvent devenir un moyen de motivation pour ceux qui les écoutent et une vocation pour ceux qui le chantent, une vocation qui a sauvé des dizaines de l’orientation envers le terrorisme, l’immigration clandestine et l’addiction à la drogue.

En conclusion, il est vivement recommandé aux parents de contrôler ce que leurs enfants écoutent comme musique, mais ne doivent en aucun cas censurer ce genre de musique qui se présente comme étant révoltant et luttant contre la réalité d’une jeunesse misérable. Il ne faut non plus généraliser et exclure tout un genre musical en raison des propos inappropriés aux enfants alors qu’il est né d’une inspiration artistique. 

Le rap tunisien vers l’international :

Aujourd’hui, nous écoutons le rap dans les radios, dans les concerts, sur les réseaux sociaux et à la télé. Le rap a clairement pris une grande place dans le paysage artistique et musical tunisien, ce qui lui a permis d’être très écouté dans le monde arabe et surtout dans la région maghrébine. Ces derniers le prennent aujourd’hui comme un exemple dans la qualité de production, de montage et de composition. Le rap tunisien a encore besoin d’être développé pour atteindre l’échelle mondiale. D’ailleurs, une chanson comme « Ya lili » du duo Balti et Hamouda a atteint 744 millions de vues sur YouTube, record jamais réalisé par une chanson tunisienne. Elle a aussi été utilisée dans une scène de l’une des séries phares de Netflix. Nos rappeurs ne doivent jamais cesser de faire appel à leur créativité pour atteindre l’internationale. 

Pour résumer, le rap est plus qu’une vocation. C’est un mode de vie, aussi bien pour ceux qui l’écoutent que pour ceux qui en produisent.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Aziz Hachana
Aziz Hachana

La positivité est Contagieuse, partage la !