Le soufisme et les Tunisiens

Le soufisme et les Tunisiens

Le soufisme et les Tunisiens

Le soufisme ou « Tasawuf » est une démarche spirituelle qui représente l’école ésotérique et mystique de l’Islam. En Tunisie, le soufisme a vu le jour à partir du 11e siècle. Quant au premier ordre soufi, il fût apparu sous l’impulsion de la confrérie de la Chadhiliyya, faisant référence à Abdou Hassan al-Chadhili, saint et chérif idrisse d’origine marocaine. Yaluna vous livre les subtilités de ce courant mystique qui prône la paix en ne laissant aucune place à l’égo “al-nafs”. 

Regard sur le mausolée de Sidi Belhassen Chedhly 

Le mausolée de Sidi Belhassen Chedhly se situe au sommet de Djellaz. Bien que la tombe d’Abou Hassan al-Chadhili se trouve actuellement en Égypte, cette Zaouia permet jusqu’à nos jours de réunir la confrérie soufie. S’agissant d’un courant spirituel qui prône avant tout le développement des facultés proprement humaines, le soufisme a été victime de plusieurs violences de groupe Wahabistes qui réclament un retour à un Islam sunnite hanbalite.

Seulement, grâce aux efforts persévérants des membres de cette confrérie, il existe pour le moment plusieurs obédiences soufies. La Chadhiliyya a réussi à se répandre partout dans le monde, à savoir, les Etats-Unis, les Balkans (ou Europe du Sud-Est), la Chine… 

Un soufisme de fond ou de forme ? 

La Tunisie post-révolutionnaire accorde beaucoup d’importance au soufisme. Cependant, hormis les Mystic Fest, l’on remarque que certaines entités politiques veulent que les soufis agissent à la dérobée. Rouhaniyet, Adhkar, festivals soufis, toutes ces manifestations ne sont qu’une forme standardisée du soufisme. Les vraies subtilités résident dans la pratique, la quête de soi, et l’amour du divin.

En s’adressant à notre Créateur, ou en faisant une louange, les musulmans ont tendance à orienter leurs regards vers le ciel. Pour les soufis, la présence de dieu est en toute chose. Dieu est en toute belle chose. Une profonde contemplation de la nature peut être une façon de s’adresser au Beau, au Divin, à Dieu. Le soufisme se concentre sur des dimensions intérieures et profondes de la personnalité. L’islam se base sur les cinq exigences fondamentales, qui sont ; la profession de foi, la prière, l’aumône, le jeûne du mois de Ramadhan et le Pèlerinage.

Le soufisme considère que seul l’amour peut aider à revenir à son intériorité. Un soufi accorde une grande importance à son être et à son souffle. Pour les confréries soufies, les exigences fondamentales sont comme suit : la bonne compréhension de la parole de Dieu, le Dhikr et l’amour. Il faut aimer soi-même pour commencer à aimer le Divin. En voilà une très belle philosophie permettant d’atteindre la paix intérieure et de s’adresser à Dieu en chantant, en dansant, en priant, en contemplant une aurore polaire ou en sentant un daphné.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Oumayma Zouari
Oumayma Zouari

La positivité est Contagieuse, partage la !