Les réseaux sociaux : L’arme que la Palestine cherche depuis des années

Les réseaux sociaux : L’arme que la Palestine cherche depuis des années

Les réseaux sociaux : L’arme que la Palestine cherche depuis des années

La Palestine, un sentiment de paix indescriptible lors de l’évocation de son nom. Cette terre où l’Histoire et le sacré s’entremêlent depuis des temps immémoriaux, une terre saine est considérée comme étant le berceau des religions. Chacun est libre de pratiquer sa religion dans une atmosphère de tolérance, leur seul objectif, c’est de cohabiter ensemble.

Cependant, 73 ans en arrière cette paix n’est plus. Cette terre est ravagée par les sionistes qui l’ont occupée en faisant des massacres dans le peuple palestiniens et transformant la paix en guerre.

L’occupation israélienne, entraîne des violations systématiques des droits humains des Palestiniens vivant dans ces zones en leurs causant d’immenses souffrances et de les priver de leurs droits fondamentaux.

Durant ces années d’occupation, les Palestiniens ont fait preuve de résistance, de patience et d’attente d’espoir dans le triomphe de la justice. Face à une colonisation atroce, ils étaient debout en revendiquant leur droit et pratiquaient la résistance en toutes ses formes.

Suite aux derniers événements qui commencent à “Cheikh Jarrah”, une des pratiques de résistance a fait ses preuves. C’est la nouvelle arme, “Social Media” ou “Réseaux sociaux”, qui se sont montrées puissantes et rapides à faire circuler le message en un instant grâce aux soldats palestiniens électroniques dans le monde entier.

L’émergence des réseaux sociaux ont joué un rôle important pendant les périodes de conflits. En effet, un mouvement numérique a été créé pour soutenir la cause palestinienne, des milliers d’internautes du monde entier ont envahi les réseaux sociaux pour exprimer leur refus face aux génocides. 

Les images des scènes de violences contre les manifestants palestiniens et les militants pour les droits de l’homme de plusieurs nationalités ont fait le tour du monde et créé une onde de choc dans l’opinion internationale.

L’effet puissant des réseaux sociaux, comme Facebook, Instagram, Reddit et Twitter, qui a montré aux mondes l’usage illégal et abusif de la force de la part de l’occupation israélienne a mené les plateformes numériques censées être transparentes à pratiquer la censure.

En effet, Sada Social, une plateforme destinée à protéger les contenus partagés par les Palestiniens sur Internet, a comptabilisé des centaines de restrictions au cours de la semaine écoulée sur les sujets liés à Cheikh Jarrah et Jérusalem-Est. « Il s’agit de la fermeture de comptes sur Twitter ou Instagram ou du blocage de fonctionnalités sur Instagram, comme la diffusion de vidéos en direct, ou la limitation à l’accès de contenus liés à Cheikh Jarrah, Gaza ou Jérusalem », précise Eyad Rifai, directeur de Sada Social.

Cette dernière,  accuse le gouvernement israélien d’avoir noué des partenariats avec les grands réseaux sociaux pour « sévir contre le contenu numérique palestinien » mais c’est la première fois que ces restrictions ont cette ampleur, selon lui. « C’est une situation très grave qui nous empêche, en tant que Palestiniens, de jouir de nos droits numériques », a déploré Eyad Rifai.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Sirine Ben Abdallah
Sirine Ben Abdallah
Créatrice de contenu, journaliste et rédactrice.

La positivité est Contagieuse, partage la !