L’infertilité : est-ce simplement un souci médical ou un fardeau sociétal ? 

L’infertilité : est-ce simplement un souci médical ou un fardeau sociétal ? 

L’infertilité : est-ce simplement un souci médical ou un fardeau sociétal ? 

Même si l’infertilité et la stérilité ne font plus l’objet de recherches ou d’ambiguïtés médicales, ni de cas rares dans la société actuelle, la manière avec laquelle on aborde et traite le sujet demeure toutefois défaillante.

L’infertilité d’un point de vue scientifique

L’infertilité est constatée lorsqu’un couple est inapte à avoir des enfants après 12 à 24 mois de rapports sexuels réguliers, complets et non protégés. 

Il existe trois types d’infertilité : 

  • La fertilité abaissée : un retard ou une difficulté à avoir un enfant
  • L’infertilité primaire : l’incapacité d’un couple à avoir un 1er enfant
  • L’infertilité secondaire : la difficulté d’un couple à avoir un autre enfant alors qu’ils en ont déjà conçu un ou ont déjà eu un avortement

La conséquence de cette infertilité est l’attente de plusieurs années avant de réussir à concevoir un enfant. On passe de l’infertilité à la stérilité lorsque les chances d’obtenir une grossesse tombent à 0.

La stérilité sera donc l’incapacité absolue pour un individu ou un couple de concevoir naturellement un enfant sain. 

Les causes de l’infertilité  

L’infertilité masculine :

Le problème peut trouver son origine au moment du développement foetal et être déjà présent à la naissance (origine congénitale) ou apparaître plus tard dans la vie de l’individu (origine acquise). 

L’infertilité masculine est due à une altération de plusieurs paramètres du sperme : son volume, sa concentration en spermatozoïdes, leur mobilité, leur morphologie, et leur vitalité. Les causes pouvant conduire à une infertilité chez l’homme sont nombreuses :

  • Le défaut ou l’absence de fabrication des spermatozoïdes par les testicules (anomalie génétique, dysfonction hormonale, toxiques, cancer testiculaire, …)
  • Des anomalies sur le trajet des spermatozoïdes après les testicules
  • Des troubles de la fonction sexuelle (éjaculation rétrograde, anéjaculation)

L’infertilité féminine :

En ce qui concerne l’infertilité féminine, les principales causes sont les troubles ovulatoires (l’incapacité de produire un ovule sain : dysovulation, insuffisance ovarienne ou une mauvaise maturation des follicules), les troubles des trompes (une obstruction des trompes de Fallope) et l’endométriose

Causes mixtes :

L’infertilité mixte est représentée par toutes les situations où chaque membre du couple a une anomalie qui altère partiellement ou totalement la fertilité. 

Ce schéma est assez fréquent puisqu’il représente 40% des couples qui rencontrent de l’infertilité.

L’infertilité inexpliquée : 

En médecine, on parle plutôt d’infertilité idiopathique que d’infertilité inexpliquée. Ce terme signifie qu’il n’y a pas de cause retrouvée initialement à l’infertilité. 

L’infertilité idiopathique se définit donc comme l’absence de causes retrouvées après l’interrogatoire du médecin et la réalisation des examens complémentaires de première intention réalisés au couple consultant pour infertilité. 

Un diagnostic d’infertilité inexpliquée ne veut pas dire qu’il n’y a aucune cause d’infertilité chez un couple, mais simplement que la raison n’est pas identifiable.

La société à l’égard de l’infertilité

Le mariage et les rapports sexuels ont été étiquetés par les générations précédentes pendant des décennies sous le seul et unique objectif de reproduction. L’infertilité d’une personne peut, dans de nombreux cas, entraver la probabilité de son mariage.

Cela est dû soit à l’intolérance des autres (d’un partenaire ou très probablement des beaux-parents qui s’acharnent sur des petits-enfants), soit au fardeau qui en découle. Avoir le sentiment de priver sa/son partenaire du sentiment de la parenté alors que ce n’est la faute de personne.

En fait, la société associe souvent la femme à la fertilité, ce qui fait que la femme infertile se sent moins bien, indigne, privée de quelque chose qui la rend entière. Ainsi, faire en sorte que le fait de concevoir soit le but principal de son existence en tant que femme.

De même, ces jugements toutefois réservés aux femmes peuvent indirectement affecter les hommes infertiles. Le fait qu’il soit moins courant d’en parler rend l’infertilité masculine presque encore plus intolérable. Les hommes doivent toujours représenter l’image parfaite de la virilité, de la libido et de la performance sexuelle.

Ces idées reçues ont non seulement un énorme impact sur la santé mentale d’une personne, mais elles révèlent également le peu de connaissances que nous avons sur le sujet et la portée de nos jugements.

Beaucoup ont toujours considéré l’infertilité comme un seul et unique cas irréversible, voire maudit. Or, non seulement il existe plusieurs types, mais même la possibilité de guérison est de plus en plus envisageable et diffère en fonction des cas.

L’infertilité n’est plus un véritable problème

Bien que le poids ressenti dû à l’infertilité puisse être plus important que le problème lui-même, il ne faut jamais perdre espoir ou abandonner. Les recherches médicales ne cessent d’évoluer chaque année et l’infertilité ou la stérilité ne posent plus de problème. 

D’ailleurs, la Tunisie représente une des premières destinations pour de nombreux couples européens et africains pour suivre leurs traitements de l’infertilité et leurs Procréations Médicalement Assistées (PMA) en Tunisie. 

Il existe de nombreux types de traitements de l’infertilité, des simples interventions consistant à prescrire des médicaments pour favoriser l’ovulation à des procédures plus complexes. Pour plus de détails concernant les différentes procédures, les tarifs, les adresses, cliquez juste ici

De même, si les interventions médicales n’ont pas abouti au résultat souhaité, ne perdez jamais l’espoir. L’adoption n’est pas seulement une chance de parenté mais aussi une chance pour plusieurs orphelins d’avoir la vie et l’amour que chaque enfant mérite. 

Enfin, n’oubliez pas que la famille n’est pas forcément un couple et des enfants. Votre partenaire peut être toute votre famille. Votre couple n’a pas besoin de procréation pour faire de votre mariage un exemple à suivre. L’important c’est de s’aimer, de s’accepter et d’assumer. 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Mechket Zouaghi
Mechket Zouaghi

La positivité est Contagieuse, partage la !