Sexisme et films Tunisiens, ça donne quoi ?

Sexisme et films Tunisiens, ça donne quoi ?

Sexisme et films Tunisiens, ça donne quoi ?

Une fille, ça porte une robe rose, un garçon ça joue avec des voitures !

Le sexisme, un fléau qui envahit les sociétés du monde entier, notamment la notre. En Tunisie c’est une attitude de discrimination fondée sur le sexe, spécialement à l’égard du sexe féminin.

Depuis la nuit des temps, les femmes se battent afin d’affirmer leurs places primordiales et leur rôle incontestable parmi tous.

Ceci dit, un coin de mentalité limitée, jusqu’à aujourd’hui ne cesse de mettre les bâtons dans la roue de ce combat usuel qu’entreprennent les femmes. 

Le sexisme peut se montrer présent en plusieurs angles quotidiens différents : Au travail, en pratiquant des loisirs, et même dès le plus jeune âge, à l’école.

On en fait donc quoi ?

Il existe plusieurs façons de lutter contre ce fléau, qu’on peut tous pratiquer quotidiennement. Et pour apporter encore plus de pep à notre article, nous vous donneront des exemples concrets  de films Tunisiens réalisés afin de mettre le point sur les différentes manifestations du sexisme et comment y dire stop.

1. Des limites au sexisme, il nous en faut !

Limiter aussi bien les actes, que les mots qui ne doivent pas être dépassés ni dit est une clé pour commencer à pointer du doigt le sexisme.

Que cela soit contre le sexe féminin ou masculin, les expressions de mépris, le lagunage sexiste et les incivilités ne sont pas les bienvenus parmi nous.

Dites non, signaliez vos barrières ainsi que celles de votre entourage, et ne permettez à personne de les franchir.

« À peine j’ouvre les yeux »

À peine j’ouvre les yeux un film de Leyla Bouzid, traduit en image la révolution féminine contre les limites mises par la société à l’encontre de la femme à travers le personnage de Farah qui part à la découverte de la vie, et de sa propre personne.

2. Parlez en haut et fort du sexisme !

Une manière si facile et évidente dont on peut commencer à changer l’attitude sexiste est d’en parler à nos enfants.

Dès le plus jeune âge, dites à vos enfants qu’une fille qui porte du bleu, qui joue avec des robots et qui apprécie le football n’est pas bizarre. Dites leurs que la place de la femme dans la société est aussi importante que celle des hommes, et que le genre ne fait pas la différence intellectuelle ou humaine d’une personne.

L’éducation de nos enfants dès leur plus jeune âge sur des railles d’égalité et d’équité fera de notre monde une place tellement meilleure !

« Fatma »

Fatma, un film Tunisien réalisé par Khaled Ghorbal raconte l’histoire d’une fille de 17 ans, orpheline de mère, qui vit avec ses frères et cousins et est victime d’un viol. Elle proteste intérieurement contre sa situation, excelle dans ses études et se libère en partant étudier à Tunis.

3. Dire non au sexisme au travail

Le lieu de travail se trouve malheureusement un endroit propice pour que les actes sexistes soient pratiqués quotidiennement.

Et sur le plan réel, ceci est plus appliqué aux femmes qu’aux hommes.

Prendre le pas de ne plus permettre aux actes sexistes d’exister au boulot trainera derrières de multiples bénéfices.

« Millefeuille »

On peut citer dans ce cadre un film Tunisien Millefeuille qui met en œuvre les batailles que prennent deux femmes symboles de la Révolution se battant pour leur indépendance et leur liberté contre les pressions sociales et masculines. 

Le cinéma Tunisien riche et abondant traite de nombreux sujets importants qui se manifestent chaque jour dans notre société.

Le sexisme, un de ces sujets, se trouve aux cœurs de réalisations aussi ébahissantes l’une que les autres. 

Les JCC en cours vous présentent une très belle occasion pour jeter un coup d’œil sur ce que notre pays puisse faire surgir, ne la ratez pas ! Vous pouvez notamment découvrir maintenant le fondateur des JCC ici !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Amel Masmoudi
Amel Masmoudi
Rédactrice

La positivité est Contagieuse, partage la !