Suicide des médecins : qui sauve la vie de ceux qui nous sauvent ?

Suicide des médecins : qui sauve la vie de ceux qui nous sauvent ?

Suicide des médecins : qui sauve la vie de ceux qui nous sauvent ?

Le compte à rebours commence… 

Quelques heures après sa mort, une nouvelle personne s’ajoute à la liste des milliers de suicidés de ce monde. Si elle est célèbre, ses photos feront la une de certains journaux. Le gouvernement la pleurera, appelant à la nécessité d’élaborer une stratégie pour éradiquer le phénomène du suicide. 

Ces dernières années, le suicide s’est propagé et est sans aucun doute, un véritable fléau mondial. 

Les stéréotypes des personnes suicidaires sont nombreux, mais se retrouvent vite contrebalancés lorsqu’une personne qualifiée d’ambitieuse ou d’optimiste passe également à l’acte. Parce que oui, le suicide n’est pas un phénomène à prendre à la légère. 

Ce qui pourrait sembler, à première vue, choquant, c’est que ce phénomène touche fortement les professionnels de santé. Quelles en sont les causes ? 

Qui sauve la vie de ceux qui nous sauvent ?

Un médecin se suicide chaque jour !

Selon le site Psychologytoday, les médecins sont les plus susceptibles de se suicider. Aux États-Unis d’Amérique, par exemple, au moins un médecin se suicide par jour. Les médecins sont les plus vulnérables aux crises cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies chroniques. 

Parmi les causes, on retrouve le manque de sommeil ou son irrégularité, le rythme accéléré de travail ou encore l’impact de la mortalité des patients sur la psychologie du médecin traitant.  

La pression que subit un médecin est assez importante. En effet, mis à part que la moindre faute peut s’avérer fatale, le rythme de travail des médecins est assez intense. Ce rythme de travail les pousse d’ailleurs à mettre leur vie de côté pour constamment être à la disposition de leurs patients. 

Le travail à l’hôpital est loin d’être facile : 

Se rendre chaque jour à l’hôpital pour travailler n’est certainement pas facile. 

Les médecins annoncent des décisions qui basculeront à tout jamais la vie des patients et de leurs proches : annoncer un cancer en classe terminale, le décès d’un parent, la nécessité d’interrompre une grossesse, une amputation…

Comment être au quotidien en contact avec de la souffrance tout en s’en protégeant émotionnellement ? 

Vivre en continu avec les patients et leurs douleurs ou encore travailler dans un environnement à fort risque de contagion et de propagation de maladies infectieuses, font du métier de médecin un métier à risques. 

De mauvaises conditions de travail :

Être médecin dans un pays en voie de développement ne fait qu’empirer les choses. Nos médecins se retrouvent dans l’obligation de s’adapter aux mauvaises conditions de travail dans la plupart des hôpitaux. Il s’agit le plus souvent d’un problème d’effectif, de matériel, de médicaments, d’infrastructure… Nos médecins jouent à la fois le rôle de soignants, de psychologues et d’infirmiers… 

Quand un jeune médecin, Dr Badredine Elaloui, est décédé à la suite d’une chute provoquée par un ascenseur défectueux, on réalise une fois de plus que le système hospitalier tunisien a touché le fond.

Les politiques de santé publique doivent améliorer l’environnement de travail et élaborer une stratégie pour combattre ce fléau de suicide qui touche les médecins. 

Derrière leurs blouses de médecins, ils sont, avant tout, des êtres humains.
Nos médecins doivent prendre leurs pensées suicidaires au sérieux. La santé mentale est une priorité même pour nos héros, nos médecins.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Imprimer
Mariem Jendoubi
Mariem Jendoubi
Rédactrice

La positivité est Contagieuse, partage la !